Dany Banza : le peuple se fout éperdument des concepts savants des politiques. Qu’on lui dise quand va-t-il voter

0
448

Constatant la léthargie dans laquelle la classe politique fait sombrer toute la République, le député national et président de l’ACO (G7) a fait le plaidoyer du vœu de la population qui est juste d’aller aux élections.

Pour Dany Banza toutes ces querelles politiciennes éloignent le peuple de sa volonté suprême d’aller aux élections en vue de se choisir de nouvelles autorités pour présider à sa destinée. Il a fait cette déclaration après avoir vu toutes les contradictions au sein de la classe politique, notamment dans le chef de certaines personnes de la dynamique de l’opposition.

Que retenir du Rendez-vous manqué entre Félix Tshisekedi et Joseph Olenghankoy ?

N’allant pas dans les détails de cette rencontre non tenue entre le Président du Rassop et celui du parti politique FONUS, l’un des vice-présidents du G7 a rappelé le principe de la composition du Rassemblement. « Le Président Olenghankoy devrait commencer par trouver un consensus au sein de sa plateforme, la Dynamique de l’opposition, car les composantes du Rassemblement ne sont pas des partis politiques mais plutôt des plateformes. À ce jour le problème ne se pose plus concernant toutes les autres plateformes du Rassop, il reste juste quelques personnes de la Dynamique de l’opposition dont Olenghankoy. La Dynamique devra donc trouver des solutions pour ne pas compliquer la tâche au Rassop ou mieux pour ne pas perdre sa voix dans les différents votes. Ils doivent arriver à parler d’une seule voix en trouvant un consensus et un leadership commun au sein de leur plateforme ».

Mais si le Président Félix Tshisekedi a voulu rencontrer, à titre personnel, Monsieur Olenghankoy en tant que personnalité politique de notre pays, il n’y a aucun commentaire à faire quant à ce. Mais il serait plus indiqué que le problème soit d’abord résolu au sein de la dynamique.

… le bourreau d’hier ne peut devenir l’avocat de ses victimes (Fidèle Babala, MLC), quelle lecture ?

« Je suis désolé, mais je ne vois en quelle qualité monsieur Fidèle Babala peut se constituer en juge et donneur de leçon. Il ne lui appartient pas à lui de décider qui a les mains assez propres pour devenir Président du Conseil des Sages du Rassop et en même temps Président du CNSA. Les accords sont clairs, c’est le Président du conseil des sages du Rassop qui gère le CNSA ; à ce que je sache le MLC ne fait pas partie du Rassop. Cette question ne le regarde pas, c’est une affaire interne du Rassop et ils ne doivent que prendre acte. 

Au finale il faut que l’on quitte toute cette distraction. J’ai peur que les politiciens commencent à nous amener vers des discussions qui n’ont plus de sens. Hier c’était les accords de l’OUA, après il y a eu les accords de la Saint Sylvestre. On est passé aux arrangements particuliers, puis il y a le recours à l’esprit des accords et aujourd’hui on nous parle des PV des réunions. Veut-on tourner ce peuple en bourrique ?

Le peuple et toute la classe politique n’ont pas participé à ces travaux là et n’ont jamais vu ces PV auxquels Fidèle Babala fait allusion, mais l’accord nous tous nous l’avons vu. Si quelqu’un a ces PV qu’il les mette sur la plce public et chacun de nous en prendra connaissance.

Mais nous avons vu l’accord et c’est lui qui engage les parties prenantes. D’ailleurs ce que l’on attend de la classe politique c’est les élections. Le peuple s’en fout éperdument des PV, de l’esprit des accords ou de tous ces concepts savants. Trouvez tous les termes que vous voulez, mais foutez la paix au peuple en lui offrant les élections. Que la classe politique arrête de nous distraire».

Revenant sur le fait de juger les gens par rapport à leur passé, le Président national de l’ACO estime que personne n’est irréprochable dans la classe politique congolaise. « est-ce opportun d’entrer dans ce débat ? Connaissez-vous un seul acteur politique au Congo, qui a exercé même pendant 10 minutes et en est ressorti les mains propres ? moi je n’en connais pas » Tout politique au Congo a les mains sales ». a-t-il conclu.

« … Les politiques ont échoué » est-ce que toutes ces tergiversations confirment vos propos? Et ça profite à qui?

« Bien sur, ça profite à la classe politique au moment où le peuple attend la date des élections. Qu’ils trouvent des solutions à ces problèmes politiques et qu’on amène la population à élire ses dirigeants. C’est tout ce qui est important et rien d’autre »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here