Kananga : confusion après une « reddition » des présumés miliciens Kamwina Nsapu

0
503

La ville de Kananga a vécu une scène inhabituelle le dimanche 19 mars dernier. Une soixantaine de personnes se réclamant appartenir au mouvement mystico-traditionnel du Chef coutumier Kamwina Nsapu sont arrivées dans la ville, tambour battant, pour rendre les armes auprès des autorités locales et déclarer la fin des hostilités.

« Dans la soirée de ce dimanche c’était la fête à certains endroits de la ville de Kananga » déclare un témoin sur place. Ces personnes sorties de leurs cachettes dans des villages environnant la ville tenaient des machettes, des flèches et autres armes de fabrication locale. Il y’avait des jeunes gens, des femmes et des adultes évalués à environ soixante personnes.

Arrivés dans la ville, c’est le Vice-Gouverneur de la province du Kasaï central qui les a accueillis en leur rassurant la sécurité du Gouvernement. Pour Justin Milonga, cette reddition est un signal fort pour la paix dans l’espace Kasaï.

Autre revers …

La surprise dans cette situation est intervenue le lundi 20 mars, dans la même ville de Kananga. Les éléments de Kamwina Nsapu, désignés comme les vrais, ont fait irruption au quartier Tshamba Ndiba, un quartier de l’entrée de la ville et voisin de l’aéroport de Lungandu.

Des tirs nourris ont été entendus de ce côté-là pour repousser les assaillants et ainsi garantir une paix passagère à la population. La commune de la Nganza étant toujours sous les radars car c’est le bastion du mouvement, la population fait le déplacement d’autres communes car ne sachant quand est ce que les miliciens pourraient encore intervenir.

C’est dans ce contexte que les langues se délient à Kananga.

Hormis les spéculations allant jusqu’à dire que ces miliciens ont le pouvoir de revenir à la vie si jamais ils tombent sous les balles de l’armée, certains estiment même que les autorités locales auraient monté cette histoire de reddition avec un groupe de jeunes gens qui n’appartiennent pas réellement au mouvement.

Entre temps, le gouvernement central aurait pris la décision de faire exhumer le corps de feu Kamwina Nsapu (le père) en vue de le rendre à ses enfants pour mettre fin à cette insurrection.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here