Makutano 2019 : l’industrie du sport, un big business oublié, un thématique abordée par Samuel Eto’o, Constant Omary et Mireille Kabamba

0
20

Dans un panel à trois personnes, les intervenants sont revenus sur les questions cruciales qui freinent le développement du sport en Afrique. L’une des causes de ce frein est le manque des textes rigides et capables de développer un grand business dans le domaine du sport en générale.

Prenant la parole, Mireille Kabamba, directrice de Canal plus RDC, a démontré que c’est un grand challenge pour Canal plus de répondre au problème de médiatisation des championnats de différents sports de la RDC. Ce défi est autant grand que risqué vu que le sport, notamment le football en RDC attire une très grande masse et beaucoup d’intérêt dans la population. Cependant le manque de législation rigoureuse dans la protection des droits d’auteur concernant la diffusion des matchs.

Dans son speech, Constant Omary, Président de la Fédération Congolaise de Football Associations, a retracé les difficultés par lesquelles le sport passe en RDC. Il a fait l’état des lieux des textes et de l’accompagnement de l’Etat dans le développement des sports en RDC. En RDC le seul stade capable d’abriter un match selon les conditions de la FIFA c’est le stade Mazembe.

Il a révélé que dans tout le pays on n’a aucun complexe omnisport viable, et les résultats obtenus dans différentes disciplines relèvent du miracle et non des faits rationnels et un investissement pérenne.

Pour sa part, Samuel Eto’o Fils a commencé par annoncer qu’il mettait fin à sa carrière de footballeur professionnel. Il a aussi parlé de sa Fondation qui a une académie et qui développe un business autour du football. Pour Eto’o Fils, les Africains doivent apprendre à être sérieux dans le respect des textes et des contrats. Cela permettra de faire du sport un business viable en RDC.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here