Dans une nouvelle sortie médiatique axée sur la situation sécuritaire dans l’est de la RDC caractérisée par la montée en puissance du M23 qui depuis trois mois contrôle plusieurs villages du territoire de Rutshuru, le Secrétaire Général des Nations unies Antonio Gouterres a au nom de nations unions, déclaré une fois de plus forfait face au M23.

Celui-ci a déclaré qu’il est impossible pour la monusco qui est une mission de maintien de la paix de faire face à une rébellion extrêmement armée comme le M23.

” On est dans une situation extrêmement difficile. La vérité est que le M 23 est aujourd’hui une armée moderne avec des équipements Lourds et plus perfectionnés que ceux de la monusco “, a déclaré Antonio Gouterres, Secrétaire Général des nations unies.

Il préconise à ce titre un dialogue franc entre la République démocratique du Congo, le Rwanda et l’Ouganda pour avoir une perspective conjointe et sortir définitivement de ce cercle infernal.

” Ce qu’il faut à mon avis, c’est de trouver une discussion sérieuse entre la RDC, le Rwanda et l’Ouganda pour avoir une perspective conjointe pour éviter cette Permanente situation l’instabilité sécuritaire”, a-t-il ajouté.

Des propos qui ne passent pas chez plusieurs Congolais dont les acteurs de la société civile et membres des mouvements citoyens, surtout ceux de la partie est du pays secouée par cette crise sécuritaire.

” Des choses pareilles n’arrivent que quand on est pays contributeur des troupes à l’ONU comme le cas du Rwanda, et on sait jusqu’à quelle force réelle dispose une mission onusienne en face de chez toi. Et on aligne des armements un peu plus sophistiqués dans une rébellion à Bunagana au cas où cette force onusienne s’interposerait. Aveu d’échec de l’ONU sur le cas M23″, a lâché un Gomatracien rencontré dans les rues de la ville touristique.

Une raison pour ces Congolais de réitéré leur souhait de voir la Monusco partir du territoire congolais où il n’apportera rien de bon en termes de stabilité selon eux.

” Nous n’avons plus confiance cette Monusco. Elle a démontré ses limites en tout. Continuer à croire en elle pour un retour de la paix dans notre pays est une utopie. Ils doivent partir et nous laisser défendre et libérer seuls notre pays”, a fait entendre un autre habitant de Goma.

Pour rappel, des propos similaires tenus par le Porte-parole de la monusco etaient à la base des fortes tensions il y a quelques semaines dans différentes villes de l’Ituri, Nord et Sud-Kivu et ont fait des morts et blessés au sein de la population congolaise ainsi que dans les rangs de la mission onusienne.

Élie TSONGO