Naomie ZUNGA NSANGU épouse et mère des trois beaux garçons, née le 06 avril d’une certaine année dans la ville province de KINSHASA capitale de la République Démocratique du Congo.

Outre ces qualités, Naomie ZUNGA est agent de communication. Elle est opératrice économique car elle importe et vend des articles pour son magasin. Elle joue le rôle de Manager de marketing aux Etablissements MARAD. Également femme politicienne et coordonnatrice nationale de la Fondation Laurent Batumona ; en même temps co-fondatrice d’une ASBL dénommée ‘’Femme de distinction et d’action ’’ mais aussi chrétienne.

Cette semaine, le Desk Femme de Global Infos est allé à la rencontre de cette femme qui regrette toujours le fait de n’avoir fait le droit pour être la voix des sans voix.

Le nombre d’années en politique

(Sourire) Mme Ruth, je tiens à signaler d’abord que j’œuvre dans le parti MSC (Mouvement de Solidarité pour le changement) et je tends vers ma quatrième année en politique et au sein de mon parti j’ai eu à assumer plusieurs responsabilités, d’abord vice-présidente provinciale chargée de l’administration, par la suite coordinatrice adjointe en charge de la ligue des femmes dans le grand Katanga.

Ses études 

J’ai effectué mes études primaires dans la ville province de Kinshasa au lycée Bosangani Sacre cœur où j’ai eu mon certificat ; et mes études secondaires à Lubumbashi où j’ai obtenu mon diplôme dans l’option littéraire au complexe scolaire EUREKA. Après mes humanités, j’ai étudié à l’institut supérieur interdiocésain de MULOLWA ISIM en sigle où j’ai obtenu mon diplôme de licence dans la filière ‘’communications sociales’’ option presse et journalisme.

L’objet de la Fondation Laurent Batumona!

La Fondation est dénommée Laurent Batumona parce que c’est un faiseur des biens, quelqu’un qui n’aime pas voir ses semblables en difficultés et très souvent il agit dans la discrétion et personnellement, je ne voulais pas que ces actes restent inaperçus, ayant l’idée de pérenniser cela. J’ai voulu que la Fondation porte son nom. Notre mission principale est de venir en aide aux personnes en souffrance. Bref, nous sommes dans le sociale et nous travaillons en collaboration avec quelques orphelinats.

Concilier facilement le travail et le ménage

Je vous assure c’est un défi que j’ai pu relever. Imaginez, être femme au foyer, actrice économique sans oublier ma carrière politique. Mais Dieu merci avec une bonne organisation, je suis parvenu à concilier les trois taches sans que l’une d’elles n’en patisse, et je suis fière de moi parce que je me vois évoluer chaque jour n’étant pas née avec toutes ces casquettes, je les ai obtenues par le travail et donc, je dirais que je suis fière ma personne.

Les termes qui résument ses valeurs

Un seul terme Ruth (rire) ‘’l’Amour du prochain’’ comme je vous ai dit, avec mes responsabilités au sein de la Fondation ‘’Laurent Batumona’’ Vous savez, avant de faire le bien, il faut d’abord aimer son prochain et lorsqu’on n’aime pas on ne partage pas.

Le gouvernement, un accompagnateur de l’entreprenariat féminin

Je pense que le gouvernement valorise les actions féminines parce qu’il n’interdit pas les activités féminines ; il accepte le leadership féminin ; il prône l’égalité entre homme et la femme et de nos jours, nous avons un nombre considérable des femmes dans le gouvernement, des femmes chefs d’entreprises. Donc, au-delà de cet accompagnement, nous voudrions que le gouvernement nous accompagne dans l’allègement de certaines taxes.

Lecture de l’entreprenariat féminin en RDC

Ma lecture est bonne parce que nous assistons au Congo à l’explosion de l’entreprenariat féminin. la femme est en train de sortir de son sommeil. Avant, elle était plus concentrée aux travaux ménagers et aujourd’hui on peut voir les femmes gouverneur, cheffe d’entreprise, dans le mining (rire). Et parmi mes projets, un seul me préoccupe, je veux créer quelques centres de formation pour encadrer la femme, élevé son niveau de réflexion.

Ses ambitions si jamais elle a un poste stratégique

Si par exemple je suis nommée Ministre du Genre, je poursuivrai les efforts réalisés par mes prédécesseurs dans le relèvement du niveau d’instruction et de formation de la mère et de la jeune fille dans des centres de formation et foyers sociaux en vue de renforcer leur capacité d’accueil en réfectionnant ceux qui sont dans un mauvais état, en introduisant l’apprentissage d’autres métiers qui font défaut tel que : l’informatique, le cours d’anglais afin de rendre la mère et la jeune fille polyvalentes renforçant ainsi leur chance d’embauche. Actuellement l’anglais et l‘informatique. Ces deux termes personne ne peut s’en passer.

Episode de regret au sein du parcours 

J’ai toujours regretté dans ma vie de ne pas faire le droit. J’aurai bien voulu faire le droit car j’ai toujours voulu être la voie de sans voix pour défendre les démunis mais je sais que j’ai tout le temps parce que je peux toutefois rentrer sur le banc de l’école quand je le voudrai. Et je n’aime pas abandonner. J’aime toujours aller de l’avant. Vous savez, la vie est faite des surprises parfois désagréables. J’ai vu plusieurs femmes aller de l’avant et une fois quelles ont rencontré des entre buches, elles se sont découragé et ont abandonné. Je dis toujours que si tout était à refaire je resterai la personne que je suis car je ne pas de remords.

Mais, Naomie ZUNGA NSANGU peu importe les humiliations, je ne baisse pas les bras Ruth (rire).

Message particulier aux femmes

Femme ne baissons pas les bras, impliquons-nous dans tous les domaines pour être autonome. Si nous voulons le changement, sachez que la femme est un grand acteur du changement.

J’encourage également les femmes à intégrer la scène politique, parce que nous nous plaignons du non-respect de nos droits et comment les faire respecter si nous restons à l’écart ? Femmes voyons l’avenir autrement, là nous préparons les élections générales en décembre 2023. Malheureusement, il y a un faible pourcentage des femmes et ça ne devrait pas être le cas. (Regret)

Naomie ZUNGA NSANGU est journaliste de formation, elle a exercé pendant deux ans à la radiotélévision Kyondo. Cette brave dame n’avait pas abandonné ce métier noble soit-il . Elle s’était vue obligée d’y mettre fin parce que les personnes qui avaient découvert son talent de communication l’avaient vite sollicité pour travailler en tant qu’agent de communication et manager de marketing dans un Hôtel de la place. Et toutes les relations et connaissances qu’elle a pu obtenir dans différents domaines lui ont ouvertes la porte dans la politique.

Poussée par son ambition, elle a décidé de postuler à la députation provinciale et nationale circonscription de Lubumbashi. Elle aimerait porter plus haut les voix des femmes à tous les niveaux.

 

Ruth KUTEMBA